Vous avez des cicatrices qui vous gênent au niveau de votre visage ou sur les autres parties de votre corps ? Vous souhaitez les faire disparaître comme par magie ? Pourquoi ne pas opter pour une séance de dermopigmentation ? En avez-vous déjà entendu parler ? Pour vous mettre dans le bain et vous aider à prendre votre décision, voici un article qui vous livre quelques informations sur cette technique innovante, réparatrice et corrective pour votre peau.

La dermopigmentation : c’est quoi au juste ?

Il s’agit d’une technique qui permet de camoufler les imperfections cutanées, notamment les séquelles marquées par une maladie. Elle aide également ceux qui ont recours à elle à se réapproprier leur corps tout en retrouvant une meilleure image de soi.

En effet, la dermopigmentation médicale a pour objectif d’éclaircir les cicatrices disgracieuses, à dissimuler les séquelles causées par une brûlure, mais aussi à redessiner l’aréole des sourcils et des seins suite à un lourd traitement de chimiothérapie. Certaines personnes font également appel à elle dans le but de combler une partie du cuir chevelu qui est dégarnie par une pelade, mais aussi pour procéder à l’atténuation d’un vitiligo.

Quand avoir recours à la dermopigmentation ?

Tout d’abord, pour information, il est important de préciser que les pigments utilisés dans cette technique médicale sont tous d’origine minérale, donc naturelle. De ce fait, ils sont plus couvrants et peuvent subsister plus longtemps dans la peau par rapport aux autres pigments. Ils sont connus pour être bien tolérés et donc il y a moins de risques d’allergie. Cependant, avant de faire appel à un professionnel comme Derrmalya, il est recommandé d’attendre au moins une année après l’opération ou la brûlure. Ce délai laisse largement le temps aux cicatrices de devenir matures et indolores.

Comment se déroule une dermopigmentation ?

Vous allez devoir remplir un questionnaire au préalable pour informer des causes  du traitement désirer et définir le but atteindre par la dermopigmentarion. Les pigments sont tout d’abord déposés au niveau des couches cutanées superficielles, soit à la limite de l’épiderme et du derme. Ce processus se fait par une série de micro-piqûres réalisées avec un appareil nommé dermographe. Ensuite, la seconde séance est prévue environ six semaines après pour la repigmentation, si besoin, des zones traitées n’ayant pas tenu. La tenue des pigments dépend essentiellement de la nature de la lésion à camoufler, mais aussi du type de la peau : sèche, grasse, pH basique ou acide, etc. Il se peut par exemple qu’une brûlure demande de nombreuses séances pour avoir un résultat satisfaisant.

Quels soins particuliers adopter après une séance de dermopigmentation ?

Pendant les huit jours qui suivent la première séance de dermopigmentation, il est important de laver la peau uniquement avec un savon antiseptique. Appliquez-y également une crème cicatrisante deux fois par jour jusqu’à ce qu’elle cicatrise totalement. Rendez-vous rapidement chez votre médecin dans le cas où votre peau rougit, gonfle ou si vous apercevez des boutons ou ressentez des démangeaisons.