Ces dernières années, on constate un grand engouement pour les injections antirides, un traitement de beauté non chirurgical tout de même pratiqué par un chirurgien spécialisé en soins ésthétiques. La preuve, les statistiques font état de plus de 6 millions de traitements effectués chaque année. Lorsque l’on parle d’injection antirides, on pense tout de suite à l’injection de toxine botulique. Ce produit chimique réduit temporairement les rides ainsi que les lignes de vieillissement du visage. Pour parvenir à un tel résultat, elle doit être injectée sur une zone spécifique du visage. Dans cet article, on vous dit tout sur la toxine botulique.

La toxine botulique, c’est quoi ?

La toxine botulique ou botox est une neurotoxine qui affecte les nerfs et provoque une paralysie musculaire. On doit sa fabrication à une bactérie appelée clostridium botulinum. On retrouve cette dernière dans les intestins des poissons et de certains animaux terrestres. Les chercheurs et les scientifiques utilisent un type spécifique de cette bactérie (type A) pour les injections médicales. Les toxines botuliques sont également présentes dans le sol et les aliments contaminés. Ainsi, lorsque vous en consommez une grande quantité, vous pouvez développer le botulisme. Il en est de même si la bactérie pénètre dans une plaie. Ce grave trouble du système nerveux affecte la respiration, et il entraîne une faiblesse musculaire pouvant conduire à une insuffisance respiratoire.

Cependant, les résultats d’études confirment aussi qu’une petite quantité de toxine botulique peut s’avérer très efficace pour éliminer les rides. Cette dernière est donc sans danger lorsqu’elle est utilisée en moindre mesure et sous la surveillance de médecins compétents. Si vous souhaitez en savoir plus sur la toxine botulique, n’hésitez pas à interroger un professionnel adapté qui vous aiguillera dans vos futures interventions et actes de chirurgie esthétique.

toxine botulique

Comment la toxine botulique fonctionne-t-elle ?

Lorsqu’on dilue la toxine botulique de type A dans une solution saline (un mélange de sel et d’eau), on obtient un composé extrêmement bénéfique pour les muscles faciaux. En effet, une fois injectée dans le visage, la toxine botulique bloque le neurotransmetteur acétylcholine. Une substance qui envoie des signaux électriques au cerveau afin que les muscles puissent se contracter. Le produit commence à faire effet à partir de 3 jours environ. Autrement dit, les muscles du visage seront temporairement paralysés, faisant ainsi disparaître les rides, et rendant votre peau à nouveau lisse. Le résultat complet d’une séance de botox est visible au bout de deux semaines. Ce dernier dure 3 et 4 mois, après quoi, il faudra programmer une nouvelle séance.

Certes, l’effet naturel de la toxine botulique n’est pas permanent. Néanmoins, ce produit peut avoir une influence à long terme sur le processus de vieillissement de la peau du visage. En effet, lorsque l’on injecte de la toxine botulique 2 ou 3 fois par an, les muscles faciaux sont moins actifs. Ils produisent donc moins de rides et de ridules. Cette « relaxation musculaire » permet d’obtenir un visage plus jeune et plus lisse. C’est pourquoi ce traitement est une procédure très populaire chez de nombreuses personnes.

L’injection de toxine botulique : pour traiter quelles autres affections ?

Généralement, on utilise la toxine botulique à des fins esthétiques, pour améliorer l’apparence du visage. Il n’est cependant pas rare que l’on s’en serve pour traiter certains autres problèmes de santé. Il s’agit notamment des affections suivantes :

  • Les yeux croisés (strabisme)
  • Les contractions musculaires excessives (dystonie)
  • La transpiration excessive (hyperhidrose)
  • Les contractions des paupières
  • Les migraines chroniques
  • La vessie hyperactive
  • La spasticité des membres supérieurs chez l’enfant
  • La spasticité de l’adulte
  • Le blépharospasme
  • La dystonie cervicale

Séance d’injection de botox : comment se préparer ?

La première chose à faire est de vous assurer que votre médecin dispose d’une liste à jour des médicaments et des compléments que vous prenez. Certains d’entre eux augmentent le risque d’ecchymose au niveau du point d’injection. Informez-le donc obligatoirement si vous prenez des traitements à base d’anticoagulants, d’anticoagulants sanguins (Warfarin®), ou d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). L’alcool vous rend également plus vulnérable aux rougeurs et aux ecchymoses, ne buvez donc pas pendant les 24 heures qui précèdent l’intervention.

Injection de toxine botulique : comment se déroule la séance ?

Le chirurgien esthétique se sert d’une fine aiguille pour injecter de petites quantités de toxine botulique dans la zone à traiter. Selon le résultat souhaité, vous pouvez recevoir plusieurs injections à différents endroits. Il faut savoir que le traitement se déroule en ambulatoire, ce que signifie que vous rentrez chez vous le jour même et que vous n’êtes pas hospitalisé. Sachez aussi que les injections peuvent piquer et être inconfortables, mais que l’intervention se termine rapidement. Certains chirurgiens esthétiques appliquent aussi un agent anesthésiant topique sur la peau avant de procéder aux injections. Enfin, si vous recevez des injections pour une vessie hyperactive, vous pouvez recevoir une anesthésie locale.

Que faire après une séance d’injection de toxine botulique ?

Sauf avis contraire de votre médecin, vous pouvez reprendre votre travail ou la plupart de vos activités après le traitement. Pour réduire les rougeurs, les gonflements ou les ecchymoses, ne frottez pas et n’exercez pas de pression sur la zone pendant 12 heures au moins. Essayez aussi de rester debout, et ne vous allongez pas pendant trois à quatre heures. Evitez bien entendu aussi tout effort physique pendant 24 heures.

Injection de toxine botulique : quels sont les risques potentiels ou les éventuelles complications ?

Les effets secondaires des injections de toxine botulique varient en fonction de la zone traitée. La plupart des problèmes s’améliorent en un jour ou deux. Il s’agit notamment de :

  • légères nausées
  • syndrome grippal
  • douleurs au cou
  • troubles gastriques (indigestion)
  • chute temporaire des paupières (ptose)
  • irritation ou rougeur des yeux
  • faiblesse temporaire de certains muscles
  • vision trouble
  • gonflement et d’éruptions cutanées

Après un certain nombre de traitements antirides par injection, certaines personnes auraient développé des anticorps contre la toxine botulique, ce qui peut rendre les traitements suivants inefficaces.

Qui ne devrait pas recevoir d’injection de toxine botulique ?

Les injections de toxine botulique ne présentent généralement aucun risque. Néanmoins, vous ne devez pas programmer une séance de botox si vous souffrez d’une maladie neuromusculaire ou si vous avez les paupières tombantes (ptosis), et ne subissez pas cette intervention si vous souffrez d’une faiblesse des muscles faciaux. Evidemment, vous ne pourrez pas non plus y avoir recours si vous êtes enceinte ou si vous allaitez.

Effets secondaires de la toxine botulique : quand appeler un médecin ?

Vous devez appeler votre médecin ou votre chirurgien esthétique dans les cas suivants :

  • Problèmes de vision, notamment une vision floue ou des paupières tombantes
  • Signes d’infection urinaire, comme la présence de sang dans les urines (hématurie)
  • Un essoufflement (dyspnée)
  • Difficultés à avaler
  • Difficultés d’élocution
  • Engourdissement ou paralysie dans une zone non traitée
  • Graves troubles de l’estomac